Lancement de l’album « Zandé » du groupe Wood Sound : Bona et son équipe à la conquête du monde avec une musique sur bois


Il est désormais disponible depuis 13 juin dernier, l’album du groupe Wood Sound de Bona, qu’attendaient avec impatience les fans de la bonne musique. « Zandé », le disque a été officiellement lancé samedi à l’Institut français de Cotonou.


Le groupe Wood Sound effectue son entrée sur le marché du disque avec une musique axée sur des valeurs sûres de  l’Afrique, et particulièrement de son pays natal le Bénin. A preuve : son premier album lancé samedi 13 Juin 2015 à la faveur d’un show case sous la paillote de l’Institut français de Cotonou où une heure durant, Bonaventure Didolanvi affectueusement appelé Bona et son équipe ont, à travers cinq sur les dix morceaux de l’œuvre, exposé au public ce qui fait l’originalité de leur groupe. Il s’agit d’abord comme le dit le nom du groupe, d’un son sur bois. L’élément principal de la musique que produit ce groupe est le Kpahwlè, qui est une percussion typique du département de l’Ouémé au Bénin. C’est avec ce tam-tam que Bona joue sa world music à fond béninois. A ce tambour, il ajoute une guitare basse et une six-corde acoustique. Dans son orchestre, il n’y a ni piano ni batterie. Les nombreux tomes de la batterie sont remplacés par un seul. Celui du « Awhangbahoun », une percussion béninoise utilisée pour jouer le rythme du même nom qui, est une cadence des régions Tofin dans la vallée de l’Ouémé. Elle est sacrée au sein de l’Eglise du christianisme céleste.

Une musique synthèse et véhicule de valeurs béninoises

Le projet de création du groupe Wood Sound, est la réponse de Bona, le maître de ce groupe, après ces interrogations sur ce qu’il peut apporter de nouveau sur le marché de disque pour promouvoir son pays. A la suite de ses nombreuses expériences en sa qualité de percussionniste-batteur en Afrique comme en Europe avec des orchestres ou artistes, il s’est demandé: « Pourquoi avec tout ce que nous avons comme richesse rythmique et percussion ici au Bénin, on n’arrive pas à exporter aussi quelque chose comme d’autres pays du continent le font ?».
Ce que propose Bona est une musique de synthèse, témoigne le musicologue Marcel Padey. « Ils-Bona et ses musiciens- ne se sont pas contentés d’écouter et d’imiter ; ils ont fait une synthèse.» apprécie le critique qui, profite de la sortie de cet album « Zandé » pour encourager la jeune génération d’artistes et de musiciens béninois à investir dans les valeurs musicales de leur pays. Car dit-il, « Il y a de la matière ; il suffit d’avoir le désir et la volonté ». Il se dit confiant quant au succès de l’équipe de Bona. « Ce groupe va valablement représenter le Bénin dans le monde.» martèle Marcel Padey.

Blaise Ahouansè