Concert ‘’20 ans de Gangbé brass band’’ : Lo’Jo passe près de 120 minutes sur scène à Artisttik Africa


Au Bénin depuis quelques jours dans le cadre de la célébration des 20 ans d’existence de Gangbé brass band, son groupe ami, le célèbre groupe Lo’Jo était sur scène dimanche dernier au centre culturel Artisttik Africa à Cotonou où il a donné un concert historique.

                           Denis, le patron de Lo’Jo conduit conduit …
                                    … Franck à la batterie …
Ce soir du dimanche 1er novembre 2015 au centre culturel Artisttik Africa aura marqué le premier séjour du groupe français au Bénin. Alors qu’ils pensaient donner un concert juste conformément à leur répertoire de la soirée comme ils l’ont fait la veille sur une autre scène, Denis Péan et ses instrumentistes (Richard Bourreau, Nadia Nid El Mourid, Yamina Nid El Mourid, Kham Meslien et Franck Vailllant) ont été contraints d’y passer plus de temps que prévu. Par deux fois, alors qu’ils s’étaient déjà retirés dans les coulisses, ils sont revenus sur scène pour exécuter d’autres morceaux. Le célèbre groupe Lo’Jo s’est retrouvé dans ce centre face à un public qui l’a épaté non pas par son ‘’volume’’ mais plutôt par son implication très poussée dans la beauté de la soirée. «J’ai trouvé un public fan, exigeant, chaud », nous déclare Denis Péan dans les coulisses l’ère très heureux de son passage à Artisttik Africa.   

« Une musique sans ressemblance » 

                … Kham à la contrebasse …
… Nadia, Yamina et Richard sur la scène de Artisttik Africa à Cotonou
Lo’Jo a eu environ 120 minutes ce dimanche soir pour exposer au public béninois son style. C’est à travers une quinzaine de titres dont «comète algébrique», «tout est fragile», «magnétique», «Alger», «Lila», «Zetwal», «c’est la vie», «au début», «au temps qui passe», «el mektoub», «marseillaise», «dresseur», «tu Benes», «a l’arène», «el cabo blanco». Des titres dans lesquels le chef orchestre étale son talent de philosophe et de poète. Il s’agit d’un style somme de 33 ans déjà de recherche musicale, de voyage et de rencontre dans le monde. Denis, le patron du groupe nous apprend que l’ambition à la base de cette formation musicale, c’est d’être un créateur de musique, d’être auteur d’une musique qui ne ressemble à ‘’rien’’. «Une musique de rêve, une musique de magie» dit-il. Toutefois on reconnait dans cette musique des influences de jazz, reggae, rock et de sonorités magrébines et africaines suite à ce que chaque membre du groupe a découvert. Le chef du groupe explique, «Nous sommes des héritiers de toutes les musiques de notre époque et même d’avant nous que nous avons écoutées. C’est ça Lo’Jo.» Lo’Jo, c’est aussi le groupe européen qui associe des instruments typiquement africains. Denis, à ses dires, sur son chemin de créateur de musique s’est senti dans ce besoin. «Jeune, j’ai écouté assez du rock. Mais le piano, la guitare, la basse, la batterie, ne me suffit pas…» confie-t-il. 

Le patron de Lo’Jo toujours aux pieds nus 

Philosophe qu’il est dans ses compositions, Denis, le meneur de Lo’Jo l’est aussi dans ses postures sur scène. C’est cet adulte qui joue les pieds nus. Il explique cette habitude par un désir de communiquer en permanence avec la nature. « Pour un appui plus solide » dit-il. Naturel, il l’est aussi dans sa manière de manipuler les claviers de son piano. Les belles sonorités qu’il produit volent de ses simples et amusants gestes à l’instar d’un enfant qui s’amuse et apprend à jouer. On le prend même comme un comédien sur scène. Mais c’est plutôt sa façon à lui de prouver et de communiquer que la musique, la bonne, c’est au bout de la simplicité.  

Blaise Ahouansè