Lokossa : Le Fitheb migratoire suscite la création d’un club scolaire de théâtre


Ces élèves qui découvrent le goût du théâtre avec le Fitheb à Lokossa

Déjà au premier jour et au premier acte, le Fitheb migratoire à Lokossa porte des fruits pour l’avenir du théâtre au Bénin. Sa première activité à Lokossa a suscité le rêve de la création d’un club de théâtre au Complexe scolaire Enfant et adolescent épanouis de Lokossa où le marché local du festival s’est installé dans l’après-midi du vendredi 28 octobre 2016. C’était la lecture scénique de la pièce «La secrétaire particulière» de Jean Pliya. Elle a été assurée par des élèves, pour la plupart en classe de 4ème sauf un en seconde A, qui nouent ici, leur premier contact avec ce texte d’une part, de sensibilisation contre l’incivisme, la corruption, la haine, le harcèlement sexuel et autres pratiques contraires à la morale et l’éthique dans l’administration publique, et d’autre part, de promotion du patriotisme, de l’amour du travail bien fait, … pour l’intérêt général de la nation. C’est aussi cet après-midi que ces enfants découvrent tous, la pratique de la lecture scénique, à la surprise de leur Directeur, Georges Béhanzin. «Je suis ému ; c’est une joie et une surprise pour moi. Fitheb dans mon établissement m’a permis de découvrir une autre valeur de mes enfants.» avoue le directeur. «Je remercie le Directeur du Fitheb qui a choisi de venir à nous et qui nous a permis de nous découvrir. Je voudrais lui demander de nous aider à avoir un club de théâtre, un club Fitheb ici.» ajoute-t-il convaincu de que ce club sera d’un grand intérêt pour ses apprenants. Il se montre plus déterminé à l’instar de ses apprenants, surtout avec le témoignage du comédien et metteur en scène Alougbine Dine, promoteur-Directeur de l’Ecole internationale de théâtre du Bénin (Eitb). «Le théâtre c’est la vie, le théâtre instruit beaucoup. Quand on est à l’école et on fait le théâtre, on évolue vite. Ça ouvre la tête. Vous avez de l’avenir si vous vous intéressez au théâtre.» affirme l’ex directeur du Fitheb. «J’ai bien envie d’essayer. Je serai très ravie de la création de ce club théâtre ici.» confie l’élève Maurelle Akadjamè Komba tout comme Raymond Adjomaï qui affirme : «Ça me donne beaucoup de rêves ; peut-être, faire du théâtre et monter dans 5 ou 10 ans sur des scènes du Fitheb.» Avec ces désirs exprimés, Alougbine Dine plaide pour que le Fitheb à partir de sa prochaine édition, programme des «spectacles jeune-public» à Lokossa.

Blaise Ahouansè