«Ganxo» du chantre Gbêwêdo : Un disque d’évangélisation pour la délivrance des peuples



L’artiste Gbêwêdo, Adipkéto Sévérine à l’état civil, a lancé dimanche 23 juillet dernier à Cotonou, son album «Ganxo» qu’elle souhaite être un canal d’entrée du Seigneur dans le cœur des Hommes, pour les délivrer de la servitude du monde et les ramener à la lumière éternelle.
Gbêwêdo exécutant un de ses morceaux
«Ganxo» (l’heure a sonné en langue nationale fon), le premier album de Adipkéto Sévérine alias Gbêwêdo, est enfin disponible sur le marché discographique. Elle l’a lancé le dimanche 23 juillet 2017 au temple de l’Eglise évangélique des assemblées de Dieu de Ste Rita, à Cotonou. C’était à la faveur d’une cérémonie de lancement animée par les chantres Apollinaires et Yèyè Jésus-ton puis les groupes Shalom, Joie de l’Eternel et La voix des élus.
A en croire Gbêwêdo, c’est là la concrétisation d’un rêve qu’elle entretenait depuis deux décennies. «Plusieurs fois depuis 20 ans, j’ai entamé en vain la réalisation de cet album» informe-t-elle. Elle reconnait la main de l’Eternel dans la sortie de l’œuvre. «Si cela ne tenait qu’a moi seule, je n’avais plus cette volonté de réaliser un album mais cette fois-ci, c’est Dieu même qui a sonné l’heure de la réalisation. J’ai commencé à voir des signes divins… Je me suis confiée au Seigneur pour qu’il conduise lui-même l’œuvre, et voici la destination à laquelle il m’a amenée.», raconte le chantre, convaincue que c’était vraiment l’heure de Dieu. C’est également, pense-t-elle, l’heure pour que d’autres personnes reçoivent la parole du Christ à travers les huit morceaux compilés sur cet opus, enregistré au studio de l’artiste Eric Thom’son, sur des rythmes agbadja, agbotchébou, gota, etc. C’est là son vœu ardent, au-delà même du plaisir que les mélomanes éprouveraient à écouter lesdits morceaux. «Je demande à Dieu qui m’a donné l’opportunité de répondre favorablement à son appel, d’en faire de même pour d’autres, et que par les chansons qu’Il m’inspire, Il pénètre le cœur des Hommes pour les délivrer des difficultés du monde, afin qu’ils aient accès désormais à la merveilleuse vie éternelle» affirme-t-elle. «Dans tous les 8 morceaux il y a de la vie» défend l’artiste, réaffirmant son engagement à consacrer toute sa vie à la louange à Dieu. Et pour cause ! «J’ai eu la chance de gagner à la loterie éternelle en rencontrant Dieu à travers ses serviteurs qui m’ont annoncé sa parole. Il faut que j’en fasse de même à travers mes chants.», justifie le chantre.
C’est un engagement qui réjouit le Pasteur Jacques Kassouin du temple de Ste Rita. Il se dit très heureux que le Seigneur ait choisi une de ses fidèles et l’ait consacrée au ministère de la louange, car mentionne-t-il, c’est un noble et perpétuel ministère que Dieu approuve jusqu’à y siéger. Il encourage l’artiste et lui souhaite déjà plein succès.

Blaise Ahouansè