Vient de paraitre : «Architecture africaine, De la tradition à la modernité» de Léobard Houenou publie



Dans son livre « Design 7 : Architecture africaine, De la tradition à la modernité » paru aux éditions EdiLivre en France, Djossê Léobard Houenou partage ses innovations architecturales.
Une option pratique d’adaptation de l’architecture en Afrique, face aux défis économiques, environnementaux et culturels. C’est ce que propose l’architecte Djossê Léobard Houenou dans ce livre Loin d’être de la théorie, il s’agit d’un document pratique. C’est le résumé en 212 pages de sept années d’études théoriques à l’Ecole supérieure d’architecture de Paris-Villemin en France -1980 à 1987-,  et 25 années de travaux pratiques et de recherches en Afrique en général et au Bénin en particulier, de 1987 à 2012. « Le présent ouvrage a pour objectif de montrer que nous pouvons conjuguer tradition et modernité, passer du local au global, afin que des solutions authentiques et viables soient trouvées aux problèmes posés par l’urbanisation rapide du continent africain, et ce dans le respect des normes écologiques mondiales », écrit-il. « Nos travaux de recherche ont consisté à construire toute sorte d’équipement, toute sorte de maison, de villa urbaine avec des matériaux locaux dans les villages, dans les villes, dans tous les pays Africains c'est-à-dire la terre, la pierre, le bois, avec d’autres techniques qui permettent de mieux les utiliser et de répondre aux normes de durabilité, de sécurité, d’hygiène, de la société moderne… Surtout, nous puisons dans les richesses de nos architectures traditionnelles, des réponses aux problèmes qui se posent au monde moderne aujourd’hui et c’est le sujet même de ce livre. », nous explique-t-il.
L’œuvre est en deux parties. La première est sur sa thèse de fin d’étude à Paris, relative aux architectures traditionnelles de terre en Afrique de l’Ouest. Dans la deuxième partie « Pratiques architecturales authentiques », il donne la preuve du réalisme de ce qu’il propose par l’exposition de 25 ans de pratique, de modernisation de ces architectures traditionnelles, avec une utilisation maximale de matériaux locaux dans plusieurs pays d’Afrique. « Nous voulons montrer que nos aïeux avaient bien les idées en place dans l’organisation de l’environnement », explique l’architecte Dplg (Diplômé par le gouvernement français). C’est une approche qu’il a développée aussi depuis une douzaine d’années déjà, au profit des Nations-Unies en tant qu’ingénieur civile pour le développement durable.
C’est tout simplement de l’innovation architecturale écologique sous le concept Design 7. D’ailleurs, l’architecture n’a de réalité concrète que par la mise en œuvre des matériaux adaptés à l’environnement, à en croire le concepteur. «Le tout béton qu’on voit aujourd’hui dans nos grandes villes, surtout à Cotonou et Porto-Novo, n’est pas adapté au climat chaud de cette Afrique », défend-t-il. Il souhaite que le Bénin qui dispose d’une bonne qualité d’argile, de terre, de pierre et des matériaux appropriées pour changer de paradigme, puisse en profiter non seulement pour des infrastructures durables à coût réduit, mais aussi pour préserver la nature, résister aux changements climatiques, créer de la richesse et de l’emploi.
Blaise Ahouansè